Magazine

« Aller voir ailleurs si j’y suis » : récit d’un tour du monde

Par Stéphane Pocidalo / Publié le 03.03.2014
A 27 ans, Anne Sellès a réalisé ce que beaucoup de voyageurs rêveraient de faire : tout plaquer et visiter notre planète ! Durant neuf mois, elle est partie seule avec son sac à dos et ses rêves à la découverte de 13 pays et de 4 continents. Pour faire partager son tour du monde, la native de Montpellier a décidé de créer un site nommé « Aller Voir Ailleurs Si J’y Suis » qui permet de mieux connaître la vie des expatriés français autour du monde. Une excellente idée puisque plusieurs milliers de personnes l’ont suivi pas à pas durant ce voyage.


Un mois et demi après avoir terminé cette très belle odyssée personnelle qui l’a mené au Brésil, en Argentine, en Bolivie, au Pérou, aux Etats-Unis, à Tahiti, en Australie, en Indonésie, en Thaïlande, à Hong-Kong, au Cambodge, en Inde et au Népal, l’heure du bilan a sonné ! Interview.

Tout d’abord, un mot sur ton site qui a connu un réel succès. Quels ont été les ingrédients de cette réussite ?

Anne Sellès : Je pense que les gens qui m’ont suivi se sont projetés sur leur propre envie d’évasion. En effet, le besoin de voyager est partagé par le plus grand monde et le fait de suivre chaque épisode de mon voyage à travers les vidéos de mes rencontres et mes photos prises durant le voyage donnent l’impression de voyager aussi, à sa manière !

Le fait de réaliser un carnet de voyage interactif a-t-il permis de garder un lien fort avec ta réalité ?

Oui, tout à fait. Cela m’a aussi permis de créer un fil rouge avec la France. Il ne faut pas croire que l’on sort tout le temps durant un voyage. Justement, durant les périodes faibles du voyage, le fait d’écrire et de monter des photos et des vidéos t’aide à ne pas oublier que ton quotidien, c’est aussi le travail !

Parmi tous les expatriés rencontrés, as-tu l'impression qu'ils sont plus heureux dans leur nouvelle vie ?

Peut-être, oui. La plupart des expatriés disent l’être mais peut-être qu’ils sont parfois nostalgiques de certaines choses en France. Finalement, c’est une question assez propre à chacun.

Quelles ont été les étapes décisives pour préparer au mieux ce grand voyage ?

La première étape essentielle a été celle de la réflexion. Il faut savoir prendre le temps de bien réfléchir sur ses envies et ses désirs. L’élément qui a déclenché ma décision définitive a été une discussion avec une collègue de travail qui m’a fait comprendre que c’était le bon moment pour moi de partir. Et cela m’a rassurée. Autre étape décisive : prévenir ses proches un peu à l’avance et leur expliquer les raisons de ce voyage. Moi, j’étais en CDI dans une entreprise et cela n’a pas été très simple au début de justifier cette envie personnelle. La dernière étape la plus agréable a été celle des préparatifs. C’est aussi la plus intense : tu achètes tes affaires, tu fais tes vaccins, tu achètes tes billets d’avion. A ce moment-là, j’ai vraiment réalisé la portée de ce tour du monde.

Tu as voyagé dans le sens suivant : Amérique du Sud, Amérique du Nord, Océanie et Asie. Qu’as-tu préférée comme destination ? Et pourquoi ?

Sur les 13 pays visités, j’ai préféré ceux d’Amérique du Sud car j’ai réussi à trouver plus facilement des repères culturels nécessaires pour mes rencontres. De plus, je maîtrisais la langue espagnole, donc cela a été plus facile de se faire comprendre. L’Asie est un continent très différent où il y a plus de codes à déchiffrer et, d’un point de vue personnel, cela a été plus difficile. En termes de pays, je suis vraiment tombée amoureuse de la Bolivie parce que j’ai appris à bien connaître les locaux qui ne sont pas, de prime abord, les plus accueillants. De plus, le côté touristique à outrance n’existe pas là-bas, contrairement au Pérou. Enfin, j’ai beaucoup apprécié l’Indonésie pour ses paysages et l’énergie des gens sur place.

Ce que tu as moins aimé ?

L’Australie. J’ai descendu la Côte Est, et peut-être que j’aurais dû privilégier l’Ouest. Mon but de ce voyage a été de rencontrer des personnes qui vivaient sur place. Or, en Australie, je suis tombée principalement que sur des « bag packers » qui venaient pour le surf et la fête.

Les différences culturelles sont-elles prégnantes lorsqu’on passe d’un continent à un autre ?

Oui, un peu. Mais, finalement, je suis allée très vite dans mon voyage donc je partais souvent au moment où je m’habituais à un lieu. Mon plus gros choc a été mon passage de Lima à Miami ! Pendant quatre mois, j’avais vécu en toute simplicité et, d’un coup, je me suis retrouvée dans un univers totalement disproportionnée. Mais, au final, on s’habitue à tout rapidement !

Si c’était à refaire, qu’aurais-tu changé ou rajouté ?

Je ferais tout d’abord moitié moins de pays pour profiter plus intensément de chaque culture. Il faut savoir faire des choix afin de profiter pleinement du quotidien. Sinon, je ne regrette rien de ce voyage. Si je dois refaire un tour du monde, je me verrais bien laisser mon ordinateur et mes affaires et partir avec une personne. Car, oui, je compte un jour refaire un tour du monde !

Si tu devais conseiller un futur voyageur souhaitant effectuer un tour du monde, tu aimerais lui prodiguer quelques conseils ?

Un conseil très important : ne pas prendre pour argent-comptant ce qui se dit sur les blogs et forums de voyage ! En fait, chaque voyage se fait à ton image et non à celles des impressions des autres. Un avis se forge selon la personnalité de chacun. Autre conseil : ne pas prendre uniquement que des vêtements dits « techniques » et penser aussi à prendre des choses confortables, même si cela prend de la place dans le sac à dos. Il faut savoir trouver le bon équilibre entre les deux.

Enfin, quand on boucle un tour du monde de 9 mois, réalise-t-on vraiment tout le chemin parcouru ?

Non ! C’est difficile à croire mais c’est finalement la même impression que lorsqu’on revient de vacances. On reprend vite ses habitudes et son quotidien. Mais il y a quelques détails qui montrent que le temps est passé comme, par exemple, une amie qui venait de tomber enceinte lorsque je suis partie, et qui a accouché lorsque je suis revenue ! Un détail non négligeable !

Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.