Magazine

Tourisme au Maroc 2012: l’optimisme est de mise

Par Pierre Bertet / Publié le 12.01.2013
L’année 2012 s’est avérée bien moins dure que prévue sur le plan touristique, constate les professionnels du secteur, lesquelles redoutaient un bilan des plus sinistres. Le Maroc a réalisé des résultats satisfaisants puisque le nombre de touristes y a augmenté de 1 % par rapport à 2011, soit un total de près de 10 millions de visiteurs.

Ceci correspond aux prévisions du département du ministre de tutelle Lahcen Haddad, lequel tablait sur 9,7 millions d’entrées touristiques. Ces résultats sont le fruit de l’amélioration de la qualité des services et des ressources humaines, de la finalisation des contrats-programmes régionaux (CPR) et enfin, du développement global de l’offre touristique.

Des investissements sur tous les fronts

Malgré la conjoncture économique et l’instabilité régionale, « Le Maroc est sans doute la destination qui a le mieux résisté à la désaffection des touristes étrangers », souligne Lahcen Haddad. Cette victoire sur la morosité ambiante est le fruit d’une augmentation de la capacité litière via l’ouverture de nombreux établissements, ce qui représente la mise en service de 7000 nouveaux lits et la création de 3000 emplois. Ces nouveaux établissements étant essentiellement des enseignes internationales ou chaînes, comme les hôtels Barcelo. À cela s’ajoute l’injection de 14 milliards de dirhams dans plusieurs projets, dont le domaine Royal Palm de Marrakech, la station Biladi de Medhia ou encore la marina Casablanca, l’idée étant de diversifier l’offre, la demande interne faisant partie intégrante dans cette stratégie de développement du tourisme marocain. L’initiative permettant également de créer de l’offre d’emploi ce qui représenterait quelques 4400 emplois directs.

En ce qui concerne le développement des ressources humaines, l’accent a été mis sur la formation, avec la création de plusieurs établissements d’excellence dans chaque région du royaume, ainsi que d’une école de management du tourisme, pour laquelle le délai d’achèvement est fixé à fin 2015. Cette école sera créée grâce à un partenariat public-privé, sous couvert d’une convention internationale. Selon Lahcen Haddad, « Des discussions sont déjà en cours avec l’université de Lausanne en Suisse et celle de Cornell aux Etats-Unis ».

L’année 2012 a été témoin de la finalisation des concertations pour l’élaboration des CPR, avec pour objectif, de transmettre au niveau régional les projets et actions prévus par la Vision 2020 (feuille de route du tourisme marocain), laquelle porte sur la création future de 200000 lits supplémentaires et de 420000 emplois, afin que les recettes puissent atteindre 14 milliards de dirham.

Indispensables à la stabilité de l’équilibre touristique, le ministère a mis en place un système d’accompagnement des PME (petites et moyennes entreprises), de concert avec l’Agence nationale pour la promotion des PME, ce qui représente une enveloppe budgétaire de 420 millions de dirhams. Ceci permettant de financer les programmes Moussanada Siyaha et Imtiaz Siyaha, lesquels couvrent la distribution, l’hébergement et le transport touristique. Autre investissement, le fonds de rénovation des unités hôtelières Renovotel avec un apport de 500 millions de dirhams, les 2/3 étant couverts par l’Etat, le reste par le Fonds Hassan II.

Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.