Magazine

Expo à Paris: L’hyperréalisme du sculpteur Ron Mueck

Par Thomas Savage / Publié le 12.07.2013
La Fondation Cartier pour l’art contemporain expose, jusqu’au 29 septembre prochain, neuf œuvres de l’artiste australien Ron Mueck. Ses sculptures hyperréalistes font se croiser voyeurisme et introspection.

Depuis le boulevard Raspail, à travers la façade de verre de la Fondation Cartier, on aperçoit déjà l’imposant Couple under an umbrella installé jusqu’au 29 septembre. La sculpture de l’Australien Ron Mueck représente un couple de personnes âgées installées à la plage, plus grand et plus vrai que nature. On s’attarde d’abord sur les détails qui traduisent le perfectionnisme de l’artiste ; l’alliance au doigt de madame, les cheveux gris, les plis de la peau, le regard perdu dans le vague. Puis, à force d’inspection, on se sent voyeur tant la présence de ces protagonistes devient réelle, malgré la différence d’échelle. On est alors renvoyé à notre propre expérience balnéaire, ce bord de mer où les corps s’exposent aux rayons du soleil et au regard de nos congénères. Le parasol évite les coups de soleil, mais rien ne peut parer aux regards impudiques. Si Ron Mueck s’inspire de scènes de rues et d’images de presse pour ses sculptures, toutes ne représentent pas la vie quotidienne. Ainsi Woman with sticks, tout droit sortie d’un conte de Perrault, et de Man in a boat, voguant sur l’Achéron. La nudité et le choix d’une échelle réduite pour ces personnages suggèrent un monde imaginaire pas si éloigné du nôtre à force de détails familiers.

Artiste discret

Les œuvres de Ron Mueck sont présentes dans de nombreuses collections et musées du monde entier, comme la Tate de Londres, la Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen de Düsseldorf, le Modern Art Museum de Fort Worth (Texas), ainsi que le Hirshhorn Museum de Washington. L’exposition de la Fondation Cartier présente en ce moment neuf œuvres dont trois récentes, dévoilées au public pour la première fois (Woman with shopping, Couple under an umbrella et Young Couple). Artiste discret et patient, Ron Mueck n’accorde que très rarement des interviews et ne donne aucune indication pour la compréhension de ses œuvres. Elles sont pourtant truffées d’indices, comme ce couple d’ados, Young couple, qui donne au premier abord l’impression de vivre ses premiers émois pleins de tendresse. Mais dans leur dos, on découvre cette étrange empoignade qui bouleverse notre première impression et nous laisse indécis. C’est là le génie de Ron Mueck : ses œuvres sont réfléchies et donnent à réfléchir. Sans donner de réponse évidente, chacun – du novice à l’expert - est amené à donner sa propre interprétation qui en dévoile plus sur nous-mêmes que sur l’artiste.

Secrets de fabrication

Le génie de Ron Mueck est aussi technique. Aucun détail ne trahit les étapes de fabrication des sculptures, pour une immersion sans faille avec ces personnages qui prennent vie. Le rendu de la peau, le brillant des yeux, le mouvement des poils… Cette question nous brule les lèvres : mais quel est donc son secret ? Pour y répondre, l’exposition se prolonge avec la projection du documentaire Still life : Ron Mueck at work. La caméra de Gautier Deblonde s’invite dans l’atelier londonien du sculpteur pour nous dévoiler ses secrets : la patience pour fixer les cheveux un par un, la maitrise du geste méditatif répété pendant des jours entiers et la persévérance de recommencer jusqu’à la perfection.

Infos pratiques :

Fondation Cartier, 261, boulevard Raspail 75014 Paris
Jusqu’au 29 septembre, ouvert tous les jours sauf le lundi, de 11h à 20h. Nocturne le mardi jusqu’à 22h.



Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.