Magazine

Réduction des vacances d’été : 53 % d’opinions favorables

Par Pierre Bertet / Publié le 06.03.2013
La proposition du ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, de réduire de huit à six semaines les vacances d’étés et de les répartir en deux zones a recueilli 53 % de voix favorables auprès de 990 personnes sondées par l’Ifop (institut français d’opinion publique) pour le journal Ouest-France.

De manière plus détaillée, 17 % des personnes interrogées se déclarent « tout à fait favorables » et 36 % « plutôt favorables ». À l’inverse, 47 % des sondés se disent opposés à cette proposition, avec 19 % « tout à fait opposés ».

Comme l’analyse l’Ifop, la question divise la population par tranche d’âge. Les 18-24 ans sont ainsi majoritairement contre (67 %) cette proposition de réduire à 6 semaines la période de vacances scolaires d’été. À savoir que les 25-34 ans y sont favorables à 57 % et que les 35 ans et plus le sont à 54 %.

Les couples sans enfants ont aussi une voix

En effet une petite majorité de personnes n’ayant pas d’enfant dans le foyer se déclare favorable à la proposition du ministre de l’éducation nationale (55 % d’opinions de voix favorables, 45 % d’opinions opposées), à contrario des personnes ayant deux enfants ou plus (43 % d’opinions favorables contre 57 % défavorables).

La césure est également nette selon le statut de l’interviewé souligne l’Ifop, puisque les salariés du privé et les indépendants sans salarié ou employeurs s’opposent aux salariés du secteur public avec respectivement 58 % et 60 % d’approbation, contre 42 % donc, tous deux s’affichant majoritairement pour la réduction de la durée des vacances scolaires d’été.

Toujours selon le sondage, deux tiers des sympathisants du parti Socialiste soutiennent le ministre de l’Education nationale (67 %), alors que les sympathisants de l’UMP (48 %) ainsi que du Front National (47 %) se montrent bien plus réticents à la question.

Une levée de boucliers du côté des enseignants

Cette proposition est jugée prématurée par deux syndicats d’enseignants, le Snuipp et la FSU, lesquels soulèvent trois points :

-"On est déjà sur un dossier sensible, pas abouti (il s’agit de la semaine de 4,5 jours). Découvrir une nouvelle résolution par voie de presse, ce n'est pas respectueux pour les enseignants et les collectivités territoriales", s'indigne Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat des enseignants du primaire SNUipp

-Cela ferait trop de jours de classe. "Il faut la voir en fonction du nombre de jours de classe. Si on fait revenir les enfants le mercredi, on passera déjà de 144 à 180 jours d'école dans l'année. Si on décide en plus de réduire les vacances d'été, on dépassera la moyenne des Européens", souligne Sébastien Sihr.

-Vient enfin un problème d’organisation comme l’explique Frédérique Rollet, secrétaire générale du SNES-FSU, syndicat des enseignants du secondaire : "Les enseignants qui font passer les oraux du bac sont déjà occupés jusqu'à la mi-juillet. Ils doivent encore préparer la rentrée suivante, mettre à jour les connaissances et ont besoin de temps pour se ressourcer."
À noter que la principale organisation de parents d’élèves, la FCPE, est-elle tout à fait favorable à cette proposition de réforme.

Vincent Peillon a tenu à préciser que le débat ne serait pas ouvert avant 2015, une fois la réforme de la semaine de 4,5 jours achevée.

Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.