Magazine

Le tourisme en Europe défie la crise

Par Pierre Bertet / Publié le 03.12.2012
Selon un rapport commandé par le salon mondial du tourisme, l’ITB Berlin (International Tourism Bourse) et compilé par l’IPK International, principal organisme d’enquête et de sondage dans le tourisme, l’optimisme est de mise pour le tourisme Européen.

L’enquête nommée Word Travel Trends Report, soit « rapport des tendances mondiales de voyages », souligne clairement que les Européens peuvent s’attendre à plus d’arrivées pour l’année 2013 et qu’ils entreprendront eux-mêmes plus de voyages.

D’une manière générale le tourisme vers et depuis l’Europe se porte bien même, avec tout de même une disparité Nord/Sud, les Européens du Sud étant davantage touchés par la crise et donc moins enclins à voyager.

La crise semble en outre avoir modifiée le paysage touristique, changeant ainsi les habitudes, puisque les vacances à la plage chutent d’1 % alors que les visites de villes grimpent de 14 %. Les séjours de courtes durées sont en hausse (+10 %) tout comme ceux effectués dans un contexte professionnel (+8 %).

En ce qui concerne le sud, l’Italie (+2 %), tout comme le Portugal et l’Espagne (+3 %) bénéficient d’une hausse de touristes en provenance d’Europe de l’Est, ce qui contrebalance la baisse d’affluence allemande ou anglaise.

Le rapport souligne également que les Européens favorisent de plus en plus les vols long-courriers (+4 %), en particulier à destination de l’Amérique du Nord ou du Sud, ou encore vers l’Asie et le Pacifique. Les vols court-courriers enregistrent quant à eux une hausse de 2 %.

Des tendances très variées.


L’incertitude économique de bons nombres de pays européens a un fort impact sur les tendances touristiques, notamment pour le tourisme européen dit « sortant ».L’Italie (-5 %) et l’Espagne (-2 %) semblent les plus sévèrement touchées, en contraste avec la Suisse (10 %) ou encore la Norvège (6 %).

Pour ce qui est du tourisme « entrant », le rapport insiste sur le fait que l’Europe reste une destination recherchée avec + 5 % pour de nombreux pays du centre ou de l’Est ou encore l’Allemagne.
La faible valeur de l’euro et un dollar fort apparait comme l’un des éléments déterminants et a permis à l’Europe de devenir une destination populaire. Le Japon, qui se remet doucement, mais surement de la catastrophe de 2011, mais aussi l’Inde, la Chine ou encore le Brésil où les classes moyennes se développent, représentent de nouveaux marchés et font partie des prévisions 2013 avec une hausse de 1 à 3 % dans les destinations internationales, ce qui n’est pas sans conséquence pour l’Europe.


La prudence est de mise, mais l’optimisme domine.


Le rapport ITB des tendances mondiales de tourisme prévoit une hausse modérée (1 à 2 %) du tourisme sortant en Europe en 2013, à savoir qu’un tiers seulement des Européens se disent affectés dans leurs plans de voyages. Figure importante des prévisions : la Russie, laquelle devrait jouer un rôle considérable dans l’essor du tourisme Européen, avec une hausse de 9 % en termes de voyages sortants, suivie du Royaume Uni (5 %) et de l’Allemagne (3 %).

A noter que 28 % des Européens disent vouloir voyager plus et 21 % moins.
Enfin et pour terminer sur une citation, le Dr Martin Buck, directeur du centre des compétences Travel & Logistics de la société Messe Berlin affirme que « le rapport illustre la variété des impacts qu’a l’économie sur les destinations touristiques et que si les prévisions sont globalement positives, il est important que les pays Européens s’adaptent rapidement aux modifications des habitudes et destinations qu’a engendré la situation économique».

Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.