Magazine

Le Château de Chenonceau, entre grâce et raffinement

Par Charlotte de Saintignon / Publié le 26.08.2013
Fleuron du Val de Loir, le château de Chenonceau reflète l'âge d'or de la Renaissance, ses arts, son histoire. Edifié dans le lit du Cher, il est aujourd'hui le monument historique privé le plus visité de France avec près d’un million de visiteurs par an. L’histoire du château est indissociable de celles des femmes qui y ont vécu. Elles sont au nombre de sept, dont deux reines, à avoir présidé à sa fortune et à sa splendeur.

Le Chateau de Chenonceau (Photo via Flickr)
Le Chateau de Chenonceau (Photo via Flickr)
Comme une apparition sur le Cher, avec son pont de cinq arches qui enjambe la rivière, le château de Chenonceau est un havre de paix et un témoignage des charmes de la Touraine et de la Renaissance. Bijou de délicatesse, Chenonceau doit sa création et son élégance aux femmes hors du commun qui l’ont aimé, administré et protégé. Disputé et prisé des reines et des rois, le château a déchaîné les passions à travers les siècles. Les femmes s’y sont surpassées sans détruire l’ouvrage de leurs rivales et lui ont permis de traverser le temps. Laissant en héritage le raffinement et l’éclat. Toutes y ont légué leurs empreintes en aménageant, décorant, construisant sans relâche, et même parfois jusqu’à la ruine.

Le château de Chenonceau, à sa construction, était un seul bâtiment en rive droite de la rivière. Navire ancré dans les eaux, il fut bâti en 1513 par Katherine Briçonnet, à l’emplacement d’une ancienne forteresse médiévale. Il n’en reste que la tour Ronde, appelée tour des Marques, isolée sur une large cour carrée et située devant le logis Renaissance. Donjon revisité dans le goût Renaissance, avec ses larges fenêtres à meneaux, sa porte ouvragée, ses lucarnes en pierre blanche et son clocheton.

Joyau de la Renaissance

Chambre des cinq reines, salon Louis XIV, étonnantes cuisines construites dans les piles du pont, Cabinet Vert de Catherine de Médicis... Des pièces somptueusement meublées avec des idées déco révolutionnaires venues d’Italie. Pas à pas, Chenonceau témoigne d'un art vivre raffiné par sa conception originale, la richesse de ses collections, de son mobilier et de sa décoration. Haut lieu de civilisation, de transmission et de partage, à l'intérieur du château se trouvent du mobilier datant de la Renaissance, de rares tapisseries des Flandres du XVIe et XVIIe siècle ainsi que de nombreux tableaux de maîtres : Murillo, Le Tintoret, Nicolas Poussin, Le Corrège, Rubens, Le Primatice, Van Loo... Une véritable pinacothèque, digne des plus grands musées.


Côté dames, cette demeure fut donc le théâtre de la rivalité entre Diane de Poitiers et Catherine de Médicis. La première, maîtresse d'Henri II, fut établie ici par le roi. Catherine de Médicis, sa femme, chassa sa rivale à la mort d'Henri en 1559. A Diane on doit les jardins du château et le pont jeté sur le Cher. Catherine lui donna son aspect actuel en achevant le pont par une galerie à trois étages longue de 60 mètres, large de 6, et éclairée de 18 fenêtres, carrelée au sol d'ardoises et de tuffeau, avec un plafond à solives. Des fêtes somptueuses se succèdent alors, dans l’esprit des « triomphes » italiens.

Haut lieu de la Résistance

Autre époque, autre fonction, pendant la première guerre mondiale, cette galerie était occupée par un hôpital militaire, ainsi que tout le reste du château. Lors de la seconde guerre mondiale, le Cher matérialisait la ligne de démarcation. En 1940, le château constituait donc une voie de passage entre la zone occupée et la zone libre. Ce qui a permis à la Résistance de faire passer nombre de personnes.

Seul château pont, Chenonceau est aussi un château paysage entouré de nature et de jardins. Reflet sur l’eau. Vu de dehors, il se mire dans les rives du Cher. Les deux grands jardins de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis et le parc qui l’entourent sur 70 hectares complètent l’impression de grâce délicate qui s’en dégage. Tout y est remarquablement entretenu, méticuleusement balisé. La mise en fleurs de chacune des pièces ajoute encore au raffinement. Deux fleuristes y entretiennent chaque jour une atmosphère d'"intimité habitée".

Côté pratique, le château est ouvert 365 jours par an et propose une visite vidéo guidée avec iPod très accessible, en 11 langues.

Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.