Magazine

Le Boeing 787 Dreamliner au centre des préoccupations

Par Pierre Bertet / Publié le 21.01.2013
La Federal Aviation Administration (FAA), une agence gouvernementale chargée des règlementations et des contrôles concernant l'aviation civile aux États-Unis, a imposé ce mercredi une interdiction de vols aux Boeing 787 Dreamliners, jusqu’à ce que la compagnie puisse prouver la fiabilité des batteries de leurs appareils. Celles-ci pourraient être la cause d’un incident survenu récemment sur l’un des avions, une des fenêtres du cockpit s’étant fissurée. L’appareil présentant également une fuite de carburant ainsi que des anomalies au niveau des freins.

Il s’agit d’un véritable coup dur pour Boeing et sa nouvelle ligne d’avions, sophistiquée de par sa composition en fibre de carbone et appréciée des passagers de par ses cabines spacieuses.

L’enquête est en cours

L’initiative fut prise le jour même où un avion de la compagnie japonaise Nippon Airways fut obligé d’atterrir en raison d’une batterie dégageant de la fumée. Cet incident faisant suite à un incendie à bord d’un 787 à l’aéroport Logan de Boston, l’appareil appartenant à Japan Airlines étant heureusement vide. Il faut savoir que le 787 Dreamliner s’appuie plus que tout autres avions sur les systèmes électriques, ce qui fait que les incidents remettent en cause le fonctionnement même de l’avion.

« Il est essentiel que la société Boeing 787 prouve à la FAA que les batteries de leurs appareils soient au point », souligne l’agence gouvernementale dans un communiqué. La FAA affirme vouloir travailler main dans la main avec le fabriquant, afin que la flotte des 787 américains puisse reprendre ses activités au plus vite.

Les enquêteurs appartenant à l’office du transport canadien et leurs homologues japonais étudient actuellement les incidents de manière à comprendre ce qui s’est passé, sans pour autant pouvoir dire combien de temps cela va prendre.

« Les pannes de batterie sont apparemment dues à la libération d’électrolytes inflammables, de la chaleur et de fumée sur les deux modèles de 787 », a déclaré la FAA lors d’un communiqué. La cause elle, de ces incidents est toujours à l’étude, mais doit être corrigée immanquablement puisqu’elle peut être le vecteur d’un enflamment global du système électrique et donc de la structure en général.

La situation, point par point

Au Japon, 24 Dreamliners appartenant à deux compagnies locales sont cloués au sol depuis mercredi pour des contrôles de sécurité, ce qui représente près de la moitié des 50 Dreamliners 787 en fonction à travers le monde.
Le porte-parole d’Air India, K.Swaminathan a également affirmé avoir immobilisé les six Boeings 787 indiens, en vue d’un contrôle par les autorités compétentes.
En Europe, l’agence européenne chargée de la sécurité (EASA) a également mis ses 787 Dreamliners à terre. Pour l’instant seule la compagnie aérienne polonaise Lot ne suit pas l’injonction, LAN Airlines, compagnie chilienne ayant déclarée vouloir suspendre ses vols.

Aux Etats-Unis, United Airlines, la seule compagnie aérienne utilisant le 787 Dreamliner a annoncée transférer ses passagers. Le porte-parole David Christen affirmant une volonté de se conformer à la consigne et de travailler en étroite collaboration avec la FAA et Boeing pour tous examens techniques.

Reste que de bien des observateurs ont affirmé ne pas être surpris par ce qu’il s’est passé et attribuent les incidents à des défauts de jeunesse, ce qui a loisir d’irriter la majorité. Suggérer que ces impondérables sont des défauts faciles à corriger entraine par la même une question : pourquoi ceux-ci n’ont-ils pas été découverts et corrigés avant que l’avion n’entre en service, soit en octobre 2011 ?

Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.