Magazine

Bratislava, la mal-aimée

Par Timothée Demeillers / Publié le 09.11.2015
Bratislava est une de ces villes que l’on n’apprécie pas au premier coup d’œil. "Petite", "provinciale", "disgracieuse", sont des adjectifs régulièrement accolés à celle qui traine injustement cette réputation et voit les touristes la délaisser au profit de ses voisines autrement plus prestigieuses comme Vienne, Budapest et Prague. Petit tour d’horizon d’une capitale slovaque étonnamment sous-estimée...qui mérite bien mieux que cela !

Bratislava (Photo: M. Petrasco)
Bratislava (Photo: M. Petrasco)

Des abords rebutants…

On pourrait surement rêver d’une meilleure entrée en matière. À l’arrivée du train en gare, on se demande soudain ce qu’on est venu chercher ici. Le paysage tranquille et champêtre a laissé place à une forêt bétonnée de constructions soviétiques. Comme sorties de nulle part. Comme si les plaines fertiles du Danube avaient fait pousser ces constructions hideuses, ces mauvaises herbes increvables. La sortie de la gare n’arrange en rien l’impression initiale : ambiance interlope, panorama gris et sale. Quelques trams rouges attendent paresseusement les rares visiteurs. Deux ou trois taxis en font de même, sans vraiment y croire, en tirant sur des cigarettes à l’extérieur de l’habitacle. Quelques stands vendent de mauvais fast-food, dans une odeur d’huile fatiguée. Alors on s’élance inconfortablement assis sur les sièges en plastique des tramways, qui traversent des quartiers résidentiels sans charme et le temps du trajet, on se prend à croire que les adjectifs dépréciatifs que l’on a entendu sur la petite capitale de la Slovaquie sont bien vrais.


… au centre charmant !

Alors, lorsque le tram fait son entrée dans la vieille ville on n’y croirait presque plus, on a déjà abandonné, on pense déjà à la prochaine destination, Cracovie, Budapest, ou Vienne, qui sera sûrement plus charmante, plus reluisante, moins déprimante. Mais c’est pourtant un tout autre tableau que l’on a sous les yeux : celui d’une adorable ville médiévale, aux ruelles pavées entrelacées qui créent un authentique labyrinthe urbain, bordé de façades pastel. Et le visiteur de passage prend un malin plaisir à s’y perdre et à déboucher à l’improviste sur des palais classiques du XVIIe siècle tout droit tirées d’un conte de fée, de magnifiques églises baroques ou encore l’une des nombreuses sculptures humoristiques disséminée à travers la ville et représentant au hasard des rues le soldat Chvéïk sortant d’une bouche d’égout, un paparazzi niché derrière un coin de rue ou encore Napoléon, accoudé à un banc public, devant l’ambassade de France !

Ce centre historique, petit mais magnifique, témoigne de la richesse de l’histoire souvent méconnue de Bratislava. Aujourd’hui peuplée d’environ 500 000 habitants, la capitale de la Slovaquie, depuis la séparation de velours d’avec la République tchèque en 1993, n’a pas toujours vécue dans l’ombre de ses étincelantes voisines. Elle a bel et bien été parfois celle qui brillait ! C’est en effet Bratislava qui, suite à la bataille de Mohács en 1526 voyant les Ottomans conquérir une grande partie du Royaume de Hongrie, devint la nouvelle capitale et le lieu de couronnement des rois hongrois pour les deux siècles et demi à venir. Le XVIIe siècle et le règne de la puissante Marie-Thérèse d’Autriche marquent le moment de l’apogée de la ville, Bratislava devenant la plus grande ville de Hongrie, le centre culturel et social de la région, accueillant Mozart et Beethoven dans ses nombreux palaces construits pour l’aristocratie locale. Mais le retrait de l’empire ottoman, le rapprochement entre l’Autriche et la Hongrie et la construction de la Tchécoslovaquie au début du XXe siècle, vont reléguer Bratislava au rang de simple centre régional, derrière Vienne, Budapest et Prague.


Balade entre histoire et modernité

Arpenter le centre de Bratislava aujourd’hui, c’est naviguer entre l'ancienne capitale d’un des plus grands royaumes européens et une charmante petite ville provinciale. En suivant les petits marqueurs dorés au sol, le promeneur pourra suivre ainsi l’itinéraire du couronnement royal le menant à travers des ruelles colorées à la cathédrale Saint-Martin où onze monarques furent adoubés. Surplombant la cathédrale de son air bienveillant, le château de Bratislava confortablement installé sur sa colline pentue, offre une belle vue sur la ville et ses environs. Vue sur la vieille ville, mais vue aussi sur le fameux pont SNP (le pont du soulèvement national slovaque), qui enjambe le vaste Danube et dévoile une étrange tour coiffée d’une rotonde en béton qui lui doit son surnom de « soucoupe volante ». À son sommet, à 90 mètres d’altitude, un restaurant panoramique vous permettra de bénéficier d’une vue à 360° sur les environs.


De l’autre côté du Danube, majestueux fleuve qui coupe la ville en deux, s’étend le quartier de Petržalka, une forêt surréaliste de constructions soviétiques. Pour tous ceux qui sont intéressés par l’époque communiste et son architecture, c’est clairement l’endroit où se rendre ! Quartier le plus densément peuplé d’Europe centrale, Petržalka abrite 120 000 personnes résidant dans les emblématiques « panelaks », un néologisme décrivant ces immeubles préfabriqués faits de blocs de béton assemblés. S’élevant sur une dizaine d’étages, ces tours semblent s’étendre à perte de vue. Malgré son absence absolue de dimension esthétique, Petržalka se révèle un quartier passionnant en ce qu’il permet de mieux comprendre l’ambition communiste, sa vision égalitaire de la société et son obsession de la modernité (aujourd’hui bien désuète !). Gris, déprimant et déprimé, le quartier compte aujourd’hui un nombre record de suicides et a été pendant longtemps surnommé le Bronx de Bratislava pour sa criminalité élevée.


Une fois la nuit tombée, Bratislava s’anime !

Le soir venu, il est temps de retourner dans le centre de la vieille ville pour profiter des soirées animées de la capitale slovaque. Si la ville peut parfois apparaître comme endormie pendant la journée, le soir venu, la jeunesse semble reprendre le contrôle de l’endroit. Les nombreux bars et restaurants se remplissent alors de foules enthousiastes prêtes à festoyer jusqu’au petit matin. Que ce soit dans l’ambiance plus culturelle et branchée du Dunaj, offrant pièces de théâtres, concerts et cours de langue arrosés de bières et autres verres d’alcool ou sous terre, dans la chaleur torride aux accents funk et électro du Nu Spirit Bar, vous ne manquerez pas d’occasions pour vous amusez et faire la fête pendant votre séjour à Bratislava.

Alors à l’heure de prévoir votre itinéraire en Europe centrale, pourquoi ne pas donner sa chance à la capitale slovaque ? On vous l'assure, vous ne serez pas déçus !

Rejoignez "Allovoyages.fr - Le Magazine" sur Facebook, et recevez nos meilleurs articles sur votre fil d'actualité.