Magazine

Les jardins botaniques les plus charmants de France

Par Elise Chevillard / Publié le 30.06.2020

De Tourcoing à Montpellier, en passant par Strasbourg et Paris, et jusqu’en Guadeloupe et en Guyane, nous nous sommes promenés dans une vingtaine de jardins botaniques à la rencontre de fleurs et plantes exotiques, mais aussi médicinales et aromatiques.  Ces jardins sont comme des musées et constituent une véritable banque de données sur la biodiversité végétale. Tous vos sens seront en éveil lors de  cette promenade bucolique qui se conjugue avec savoir. 

Le jardin d’ombres, ©Jardin Botanique de Marnay sur Seine

Mais qu’appelle-t-on “jardin botanique” ? D’après la définition du botaniste irlandais, Wyse Jackson: « un jardin botanique est une institution qui détient des collections de plantes vivantes documentées pour la recherche scientifique, la conservation, la diffusion des connaissances et les expositions ». Leur mission principale ? Assurer la sauvegarde de plantes rares et protégées. Dans ces jardins, les espèces et plantes sont rassemblées selon des critères scientifiques permettant ainsi une meilleure diffusion des connaissances pour tous les publics sur la biodiversité. Voici ici une sélection de 20 jardins partout en France, pour vous donner des idées de promenade.

Le Jardin botanique de Montpellier 

Il est considéré à juste titre comme le plus ancien jardin botanique de France, fondé en 1593 par Henri IV. Rattaché à la Faculté de médecine, ce jardin était autrefois entièrement dédié à la recherche et à l’enseignement.  Au cœur de ses 5 hectares situés dans la ville même de Montpellier, on vient se reposer à l’ombre de la bambouseraie, déambuler dans les allées ombragées du jardin anglais, admirer la serre Martins et ses plantes « succulentes ». Des visites thématiques y sont régulièrement organisées pour sensibiliser le public à la conservation des végétaux.

163 rue Auguste Broussonnet, 34090 Montpellier

Le Jardin Camifolia (Maine-et-Loire)

©Jardin Camifolia

Entre Chemillé-en-Anjou et les plantes médicinales et aromatiques, l’histoire s’écrit depuis la fin du  XIXe siècle. Alors qu’un puceron ravage les vignobles, des cultivateurs décident de se lancer dans la  production de plantes. Depuis, cette filière n’a cessé de se développer et l’Anjou compte aujourd’hui plus de 800 hectares de culture de plantes médicinales et aromatiques. C’est en 2008, que le Jardin Camifolia voit le jour au cœur de la vallée de l’Hyrôme. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de  600 espèces de plantes qui composent les 3,5 hectares du site, parmi elles, citons la camomille romaine, une plante emblématique du territoire.

11 Rue de l’Arzille, 49120 Chemillé-en-Anjou

Le Jardin botanique de Deshaies (Guadeloupe)

Situé au cœur des îles de la Guadeloupe, ce jardin est une invitation à vous promener à travers la surprenante flore des Antilles et à humer les senteurs des plantes exotiques ! Sur 7 hectares, une grande diversité d’espèces et d’arbres remarquables s’épanouissent avec harmonie, balancés par le vent marin et les embruns et parmi des oiseaux magnifiques. Pour la petite histoire, ce jardin n’est autre que l’ancienne propriété de Coluche. A découvrir sur place : la rose de porcelaine, le gingembre rouge, les bougainvilliers, les hibiscus, les orchidées et bien d’autres fleurs pour votre plus grand bonheur.

 Jardin Botanique de Deshaies Villers 97126 Deshaies

Le Jardin botanique de Vauville (la Manche)

©Le Jardin botanique de Vauville

Situé tout au bout du Cotentin, le Jardin botanique de Vauville constitue une incroyable oasis, et réunit plus de 1000 espèces de plantes originaires de l’hémisphère austral. D’une superficie de 4,5 hectares, ce jardin se distingue par sa collection de plantes et d’arbres rares à feuillage persistant. Tout au long de l’année, les couleurs de cet écrin de verdure changent au fil des saisons. Découvrez les palmeraies de trachycarpus fortunei de Chine, les douves où trônent les fougères royales de Tasmanie, l’imposant bassin aux gunnera manicata du Brésil mais aussi les eucalyptus du bassin de la sagesse.

14 Route des Fontaines, 50440 La Hague

Le Jardin botanique de La Bastide à Bordeaux

A l’intérieur de sa palissade en bois construite avec 1 200 m3 de chênes de Charente, le Jardin botanique de Bordeaux s’organise autour de six espaces.  Ce jardin novateur a la particularité de présenter entre autres des extraits de cultures du monde comme le blé, l’avoine, le lin ou encore le millet. Leur arrosage économique s’inspire des techniques d’irrigation des pays sahéliens. Ce jardin s’inscrit dans une dynamique d’interaction avec les populations riveraines et offre la possibilité de cultiver des parcelles par les enfants des écoles. Les étudiants sont les bienvenus ici pour venir se renseigner et parfaire leurs connaissances dans le domaine de la botanique.

Esplanade Linné – 33100 Bordeaux

Le Jardin botanique de Tours 

© Ville de Tours – V. Liorit

Le Jardin Botanique de Tours d’une superficie d’environ 5,8 hectares est localisé sur une ancienne zone humide reliant la Loire et le Cher. On estime qu’il a été créé entre 1843 et 1844 grâce à la ténacité et à la générosité du pharmacien Jean-Anthyme Margueron et de son désir de fonder  une école de botanique destinée aux étudiants de la nouvelle école de Médecine et de Pharmacie. Ici, plus de 150 genres et espèces d’arbres sont présentés dans plusieurs jardins, comme celui des 2 mondes (la dernière création) et les serres de collection “biodivers”. Vous allez pouvoir admirer lors de votre balade des spécimens rares comme le tulipier de Virginie, le cyprès chauve, ou encore le ginkgo biloba, “l’arbre aux 40 écus”.

33 Boulevard Tonnellé, 37000 Tours

Le Jardin botanique de l’École du Breuil, à Paris

L’école du Breuil, est l’un des quatre pôles du Jardin botanique de Paris, au même titre que le Parc Floral de Paris (12e), le Jardin des serres d’Auteuil (16e) et le parc de Bagatelle (16e).  Sur 23 hectares, les étudiants vont pouvoir profiter de la diversité paysagère divisée en jardins thématiques. Il y a la roseraie contemporaine, les  jardins de vivaces, le jardin paysager, la très belle collection d’arbustes, le verger, le potager clos de murs, ainsi qu’une collection de plantes saisonnières. A ne pas manquer également : l’arboretum de Paris qui présente 650 essences de feuillus et conifères, différents milieux dont une zone humide et une prairie calcaire.

50 Route de la Pyramide, 75012 Paris

Le Jardin botanique de l’université de Strasbourg

©Jardin botanique de Strasbourg, par Shirin Khalili

Au plein cœur de la ville de Strasbourg, le Jardin botanique de l’Université a fêté ses 400 ans en 2019. Son emplacement est le même depuis 1884. Le public va pouvoir découvrir sur ses 3,5 hectares, plus de 5000 espèces de plantes réparties dans un arboretum ( le Faux-Noyer du Caucase, le Séquoia géant et 5 Cyprès chauves dont l’un, le Taxodium ascendens, est d’une grande rareté en Europe…), une école de botanique, un milieu aquatique et un ensemble de serres dont une classée aux monuments historiques. Toute l’année, le jardin propose  des expositions, des animations et autres événements culturels qui participent à la sensibilisation du public et entendent montrer l’infinie richesse du monde végétal.

28 rue Goethe Entrée : allée Anton de Bary 67000 – Strasbourg

Le Jardin botanique Henri-Gaussen à Toulouse 

Situé à Toulouse, le Jardin Botanique Henri-Gaussen conserve et présente aujourd’hui au public environ 3000 espèces venant de nombreux milieux et régions du monde. Son nom est celui du botaniste-phytogéographe Henri Gaussen, à la mémoire duquel il est dédié, personnalité importante dans le milieu universitaire de Toulouse, qui durant les années où il dirigea le jardin, renouvela et développa les collections vivantes de plantes. En se promenant dans les allées, on admirera une collection de fougère, mais aussi des plantes carnivores et tropicales.

2, rue Lamarck 31400 Toulouse

Le Jardin botanique du Département Pharmacie d’Angers

©Faculté de pharmacie d’Angers

En plein cœur de la ville, les plantes de ce jardin centenaire s’épanouissent avec bonheur sur 8000 m2. La création de ce jardin débute en 1888 pour finir en 1895 aménagé sous sa forme actuelle faisant ainsi de lui un témoin du passé des jardins botaniques de la fin du XIXe. Il comprend un arboretum arrosé par une rivière artificielle où se développent des plantes aquatiques ainsi qu’une serre de plantes tropicales. Les 2 000 plantes représentées dans le jardin sont classées sur 32 plates-bandes. On trouve également une graineterie où sont réunis plus de 1600 bocaux de graines.

16 Bd Daviers 49100 – ANGERS

Le Jardin botanique de la ville de Nice

C’est un véritable voyage au cœur de la flore méditerranéenne que vous propose ce jardin botanique, musée à ciel ouvert qui fut créé en 1983. On y découvre un large éventail de végétaux, au total plus de 3 000 espèces réparties sur 3,5 hectares, déclinés en 40 zones reconstituant des milieux naturels. Il offre également une vue remarquable sur l’embouchure du Var et sur la Baie des Anges. Parmi ses nombreuses actions, ce jardin organise des échanges internationaux de graines de son jardin avec 370 instituts dans 75 pays.

78, Corniche Fleurie

Le Jardin botanique de Metz

©Jardin botanique Philippe Gisselbrecht Ville de Metz

Connu tout d’abord sous le nom de “Parc Frescatelly”, ce Jardin Botanique a fêté dernièrement ses 150 ans. Il présente des arbres remarquables, des serres de collection, des rosiers anciens aux fleurs pleines, un arboretum avec des ginkgos, séquoias et cyprès chauve. Sa création remonte à 1866 et le jardin dit à l’anglaise couvre une superficie de 4,4 hectares. Autre particularité remarquable, les serres d’origine édifiées en centre-ville en 1861 à l’occasion de l’exposition internationale de Metz, ont ensuite été entièrement démontées et reconstruites en son sein. Dans le grand bassin, des couples de cygnes, de canards et d’oies vivent ici paisiblement, ce sont eux les gardiens des lieux. On observe aussi toute une collection de bambous rustiques, qui ne craignent pas le froid.

27 Rue de Pont-à-Mousson, 57950 Montigny-lès-Metz

Le Jardin botanique de l’Aubrac

Situé dans l’Espace Naturel Sensible « Grande Prairie d’Aubrac », et géré par une association, agréée protection de l’environnement, le Jardin Botanique de l’Aubrac a été réaménagé en 2011 au pied de la Maison de l’Aubrac. Il présente actuellement plus de 650 plantes sauvages du massif de l’Aubrac, plantes typiques des pâturages dans leurs milieux de vie. Au fil des saisons, ce jardin se réinvente et permet de découvrir les plantes de tourbière et zones humides (plantes carnivores, reliques glaciaires), de pâturages, de rocaille, de lisière et sous-bois, une culture expérimentale de Thé d’Aubrac ainsi qu’un talus géologique.

Maison de l’Aubrac 12470 Aubrac

 Le Jardin botanique du parc de la Tête d’Or à Lyon

Grandes_serres©jardinbotaniqueLyon

Le saviez-vous ? Lyon abrite un jardin botanique depuis le milieu du XVIIIème siècle. Avant la construction du Parc de la Tête d’or, il se logeait au cœur de l’École vétérinaire, puis en plein centre de la ville au pied des pentes de la Croix-Rousse.  C’est l’un des plus grands jardins municipaux de France reconnu pour ses espèces sauvegardées et rares. Il abrite de nombreuses collections végétales réparties sur 8 hectares de serres et  de jardins extérieurs. Au total il comptabilise  plus de 12 402 taxons ou espèces dont plus de 800 sont considérées comme menacés.

Le jardin botanique de Marnay-sur-Seine

Des espaces de mémoire, comme le jardin des trois frères Kaas, Jardin Botanique de Marnay sur Seine

Véritable musée vivant des plantes et formidable conservatoire de la biodiversité, le Jardin botanique de Marnay-sur-Seine situé en Champagne-Ardenne vous invite à reconsidérer notre rapport au monde végétal. Ce jardin vous invite à déambuler parmi ses différents espaces disposés selon un parcours d’une vingtaine de thèmes : le chemin de l’évolution, les roseraies, les plantes médicinales, les plantes condimentaires, le potager, le jardin d’ombre, le jardin conservatoire, le jardin ornemental, le mur végétal… Plus de 3000 espèces végétales vous attendent sur un espace de 2 hectares inauguré en 1999.
Chemin des Gougins, 10400 Marnay-sur-Seine

Le Jardin botanique de Tourcoing

Ce jardin est le joyau vert de Tourcoing. On vient flâner dans les allées à la française structurées en lignes orthogonales et composées d’une croisée centrale, d’une fontaine et d’une pergola supportant de magnifiques glycines blanches et bleues, et d’un jardin à l’anglaise tout en courbe. Son Jardin « Amérique du Nord » est composé de deux îlots botaniques » : Amérique du Nord-Est et Amérique du Nord-Ouest. Les deux îlots surélevés sont séparés par une prairie symbolisant les grandes étendues du centre des États-Unis. Les « carrés pédagogiques » sont des petits jardins d’expositions autour de thématiques diverses : odeurs, fleurs et vivaces utilisées dans les massifs de la ville, plantes exotiques acclimatées, graminées ornementales…

Le Jardin Botanique de Guyane

©Le Jardin botanique de Guyane

Pour apprécier les richesses  de la biodiversité locale en Guyane, venez visiter ce Jardin botanique qui abrite pas moins de 6 000 espèces de plantes qui bordent des allées bien aménagées sur un peu plus d’un hectare. Pour connaître leurs origines, des totems pédagogiques sont installés un peu partout. On peut admirer ici plus de 380 espèces d’orchidées guyanaises, mais aussi d’aracées et de broméliacées qui viennent ombrager le lieu. Sans oublier 99 espèces différentes de palmiers. Crée en 2010, ce jardin est situé en plein centre de  Cayenne et est accessible aux personnes à mobilité réduite.

2805 savane Césarée, Macouria 97355, Guyane

Le Jardin Botanique de Bayonne

Situé en plein cœur du secteur sauvegardé de Bayonne, entre la cathédrale Sainte-Marie et les remparts, ce jardin, botanique suspendu ( sept mètres au-dessus de la ville !!) occupe la surface d’un bastion des fortifications de Vauban. Il a été dessiné sur un mode japonisant et comporte une petite pièce d’eau, un pont, une passerelle et une cascade. Pivoines, dracunculus, pachystergia s’offrent sans timidité aux regards curieux des visiteurs et font partie des quelques mille plantes en tout genre qui composent le jardin. Des tortues ont même élues domicile ici sur les pierres de la pièce d’eau. La particularité de ce jardin, c’est que les plantes sont classées par couleurs et par senteurs et non pas par familles comme dans les jardins botaniques traditionnels.

Allée de Tarrides 64100 Bayonne

Le Jardin botanique de Gondremer (Vosges)

©Le Jardin botanique de Gondremer

 

Situé dans un vallon sauvage et entouré par la forêt vosgienne qui lui sert d’écrin, le jardin botanique de Gondremer a été aménagé dès 1975. L’eau y est omniprésente. Le jardin compte environ 4000 plantes provenant de diverses régions montagneuses du monde et réparties en plusieurs collections végétales, dont environ 1500 rhododendrons et azalées espèces et hybrides.
D’autres végétaux sont également remarquables, et notamment les collections de conifères, chênes, magnolias, prunus, hémérocalles, hostas, nymphéas… Au printemps, la floraison des rhododendrons et des kalmia offre une symphonie paysagère multicolore et souvent parfumée.
88700 Housseras 
Le Jardin botanique Val Rahmeh-Menton

Jardin Bontanique exotique du Val Rahmeh – Menton – le bassin – Nenuphar géant (Victoria cruziana)

Menton, célèbre station de la Côte d’Azur abrite un jardin exotique, qui fait de l’ombre aux stars ! Ce havre de paix entre montagne et mer, d’1,5 hectare, doit son aménagement original à sa constitution progressive. Toutes les plantes sont ici rigoureusement identifiées, on en dénombre pas moins de 1700 espèces et variétés. Grèce, Afrique, Canaries, Chine, Mexique, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande… les plantes du Val Rahmeh sont venues des quatre coins du monde. On trouve aussi des espèces alimentaires, et médicinales dans les allées du domaine. Avocatiers, papayers, goyaviers, bananiers, palmiers, passiflores, agrumes mais aussi des espèces menacées, comme le Sophora toromiro, un arbre disparu de l’île de Pâques.

Avenue Saint-Jacques, 06500 Menton