Magazine

Dieppe, le Chant des Mers

Par Benoit Helme / Publié le 22.09.2017

La Normandie est toute en ombres et lumière. Eclaircies voluptueuses, pour qui sait attendre. Dieppe est de la partie, qui effleure les sens comme une douce extase, un orage qui gronde, une voile sous le vent.

Dieppe (Seine-Maritime) – La ville vue du Château

En amont de la côte, une route qui descend vers la Mer. La Manche est en vue. La Manche, oui, et ses couleurs si subtiles, nuancées entre le gris clair de Novembre, et le bleu de Mai au Printemps. On cherchera ici une vague éphémère et sauvage – under a cold blue sky, comme le chantait Marc Seberg – et comme une ultime réponse au Vent. L’été, on pourra également se baigner en contemplant de jolies falaises, vertes de craie. La craie est cette roche tendre, claire et sédimentaire, résultant de fonds marins cumulés durant des millions d’années, dont certaines particules calcaires sont issues d’algues unicellulaires – peut-être parmi les premières, d’ailleurs, sources de la Vie sur la Terre, qui sait. Car il y a cent millions d’années, autant le savoir, le niveau des Océans était, en moyenne, de 200 à 300 mètres plus élevé qu’aujourd’hui. La Région géographique de Haute-Normandie, administrativement disparue depuis, on ne sait trop pourquoi, mais dont le département de Seine-Maritime fait encore partie, était donc totalement recouverte par la Mer.

Regard sur la plage. Un rayon vert à l’Horizon adviendra peut-être, juste avant que le soleil ne se couche ou, plutôt, qu’il ne se renverse pour glisser de l’autre côté de la Terre. Et puis toujours, le cri mélodieux des mouettes, comme des formes harmonieuses, blanches, ardentes, et puissantes, qui passent dans le Ciel lorsque le Temps passe, à l’envers, à l’endroit, volant et survolant la Mer. Un souffle de vie plane ici comme un Ange.

Un port dans la ville, une ville dans le port. C’est ainsi, également, que l’on parle de Dieppe. Car Dieppe est cette ville surnommée “La ville aux quatre ports”, puisque quatre activités dominent ici sur la place marine : plaisance, commerce, pêche, ou encore Ferry mettant le Cap sur l’Angleterre (http://www.dieppetourisme.com/un-port-quatre-activites). Située au Nord-Ouest de la France et, plus précisément, dans le pays des Caux, à 170 km environ de Paris, Dieppe est, de fait, une des Mers les plus proches de Paris. Dieppe se situe également à l’embouchure du fleuve côtier de l’Arques, fleuve d’amour, s’il en est, qui se jette, et se projette dans la Manche, ombrageuse ou joyeuse. Dieppe est cette ville, oui, située dans la profonde vallée de l’Arques, avec une vaste et magnifique forêt du même nom, où les promenades, et autres randonnées pédestres font un bien “fou” au voyageur aguerri.

Mais Dieppe a également ses villages alentours, longeant la mer avec volupté, et de toute beauté fleurie: Puys, Saint-Valery-en-Caux, Veules-les-Roses, Varengeville…Située à quelques encablures – allez, disons kilomètres – de Dieppe, et sur la Côte d’Albâtre, en pays de Caux, Varengeville-sur-Mer est un de ces villages aux mille et un trésors. Situé entre la campagne et la mer, le paysage ici est inédit. Village fleuri, oui. Des arbres, des plantes et des fleurs, comme s’ils en pleuvaient, et qui s’épanouissent, en toute bonne mesure. Un vrai régal, pour les yeux. Le Parc du Bois des Moutiers, l’un des trois jardins les plus visités de France, abrite d’ailleurs une importante collection de rhododendrons géants. Quant au jardin Shamrock, on y présente la plus grande collection d’horthensias au monde…À Varengeville, la nature ne se laisse, pour ainsi dire, pas faire, et les Dieppois la respecte pour de bon. Il y a la valleuse et la plage de Vasterival à voir, également. Naturelle, intime, un brin secrète, cette valleuse offre un paysage tout en magnificence. Une dépression de terrain permettant l’accès à la mer, voilà ce qu’est une valleuse, du moins en Pays de Caux. Et puis il y a le cimetière marin de Varengeville, digne, majestueux et, bien évidemment, ciblé vers la mer. Il puis il y a encore les jonquilles, leur jaune et leur blanc comme un soleil, dont le parfum se mélange à celui de l’iode, et des Hortensias, quelque part dans le temps, au village de Puys.

Dans le sillage des vagues, à Dieppe, un Ferry, au loin, file doux vers Brighton. Jeux de lumières, ombres de nuit. Un officier de Marine Marchande prendra l’air, et sifflera sur le Pont, peut-être – selon qu’il fera nuit noire, que le jour se lève ou qu’il se couche. Un Ferry, comme un Cargo de Nuit. “Could you be loved ?” résonne sur la play-list. “Could you be loved ? Say something…” chante encore et si bien, Bob Marley – né Robert Nesta Marley -, au creux du mystère et des vapeurs océanes. On jette un œil sur la ville. Il était une fois l’Armorique. Dieppe est comme cette ultime frontière, oui, au Nord de l’Armorique. Parfum de Celtitude. (https://www.youtube.com/watch?v=Ga1UwjqCRtM).

Petit rappel des faits. C’est aux environs de 500 ans, avant Jésus-Christ, que les Celtes véhiculent leur Civilisation dans la péninsule Bretonne. Ils marquent alors durablement leur territoire qu’ils baptisent Armorique : le Pays de la Mer. Ce territoire est alors composé par une large région côtière, allant de Vannes – en Bretagne – jusqu’à Dieppe, au Nord. Dieppe est aujourd’hui cette ville normande hors du commun, où la beauté sauvage des vagues, et des falaises, se dispute à celle de l’Architecture, et des Cerfs-volants. C’est ici, justement, au mois de Septembre, qu’a lieu le Festival International du Cerf-Volant (http://www.dieppe-cerf-volant.org/festival/festival.html).

Dieppe est une ville magnétique. Lorsqu’on s’y promène, le long de la longue plage de galets où le parfum de l’iode vous pénètre le corps enfin, on y ressent une forme de liberté; liberté toute singulière qui serait construite dans la voluptueuse beauté d’un mystère. Brume, mer et brouillards d’un rêve iodé. Mais gare, la Manche ne joue pas aux dés. Il n’y a pas de hasard, ici, sous le vent, car le vent souffle où il veut, et parfois même, il souffle un peu comme la louve chuchote à l’oreille.

“Vivre, c’est combattre”, disait Victor Hugo. Et Dieppe est encore, et ce depuis toujours, si tant est que “toujours” ait jamais existé, une ville de combattants. Combattants civils ou militaires, celtes, marins, ou tout simplement Français. Dieppe est une ville à la fois belle, un brin rebelle et, mieux encore, populaire, élitiste, et fière, mais qui sait se faire hospitalière au visiteur qui la respecte, pour ce qu’elle est. Une ville belle comme une feuille d’Erable, aussi, qui rappelle quelques fois au Canada.

Pourquoi le Canada ? Voyons-voir, un peu…Le débarquement Canadien sur le port de Dieppe est un évènement de l’histoire de la seconde guerre mondiale. Sous la forme d’un puissant Raid armé, il fut mené afin de tenter de libérer l’Europe, en son temps, de la barbarie sanguinaire et nazie, le 19 août 1942. Cette opération fut intitulée l’Opération Jubilee. Elle constitue, en effet, un évènement déterminant de la Seconde Guerre mondiale, car il faut tout de même se souvenir qu’à cette date, la presque totalité de l’Europe Continentale était sous contrôle Nazi. Les Alliés devaient donc, absolument, trouver un moyen pour reprendre le contrôle du “Vieux Continent”. Et le débarquement de Dieppe fût riche en enseignements. Et en renseignements. Comme on sait tirer les leçons des échecs passés, pour emporter le dernier Combat, le débarquement de Dieppe a permis, par ses enseignements, de battre l’Ennemi, quelque deux ans plus tard, sur les plages normandes…un fameux jour J de 1944 – le 6 juin. L’analyse bien comprise du débarquement Canadien de Dieppe a, en effet, permis de sauver un grand nombre de vies humaines, et de libérer la France, quelque deux ans plus tard, oui. Ce n’est pas rien.

Tout se passe comme si les plages de Dieppe s’en souvenaient encore. On rencontre ici où là, comme d’ailleurs sur les plages de Caen, plus sableuses pourtant, de mystérieuses étincelles de vie, entre Ciel et Mer, zestées d’un de ces grains de poésie, qui font l’Histoire un peu plus belle encore. Dieppe, par son histoire, sa force, et son charme, est une Ville de Légende. Au moins pour tous ceux qui un jour, une nuit, ont eu à rencontrer, entre la mer et le sable, une Sirène amoureuse.

L’Horizon de la Manche, le parfum de l’iode, le Casino, l’esprit du Cinéma, comme celui d’un Théâtre marin inédit, dans le grand jeu de la Mer….et puis l’intelligence, sans égal, des officiers de Marine Marchande. Ou encore, la cime des vagues, les tournois d’échec, les petits commerces, tout en finesse et courtoise, ou parfois bruts de décoffrage, comme les ruelles ombrageuses, les éclaircies merveilleuses, les colombages tradi, les feux de bois, les galets, un peu de sable, aussi, puis les rochers, les manoirs, les hôtels, les hautes falaises, les trottoirs, les quatre Ports…et les mouvements de la Manche, en toute saison…C’est un peu de ces quelques signes, qui font de Dieppe une ville chatoyante et lumineuse, comme les yeux d’une panthère bleue, la nuit. Dieppe est une de ces villes dédiées au vent du large. Ce vent, souffle de Vie intense, souffle, tantôt comme une colère voluptueuse, tantôt comme une caresse… sur la peau du visiteur. C’est aussi, et enfin, pourquoi ne pas le dire, la ville de naissance de votre serviteur.